U2 Coaching
U2 Coaching

Coach Haut Niveau

U2 Coaching travaille au sein de Team Performance 56, pour accompagner vos projets sportifs,

et garantir le suivi médico-sportif des athlètes de haut niveau.

 

Fort de plusieurs expériences olympiques, je mets toute mon expertise et mon énergie

à votre service pour vos accompagner dans vos challenges.

 

 

SODEBO fait confiance à  U2 Coaching...

Prépa physique ...


« Un tour du monde, c’est comme une préparation olympique : pendant quatre ans, on est sûr de rien, on s’y prépare et on y croit ! » dixit François Bonnod, préparateur physique, diplômé d’état de ski (1er degré) et de voile (2nd degré).

Entraîneur de haut niveau en snowboard sur les Jeux Olympiques de Nagano et Salt Lake City, François suit Thomas Coville depuis le mois de juin dans le cadre de sa préparation physique pour sa quête du record du tour du monde en solitaire.

Si le skipper du maxi-trimaran Sodebo est d’un naturel sportif, l’intervention de François Bonnod est entre autres de planifier et d’organiser une préparation en adéquation avec les spécificités d’un tel engagement sportif : une épreuve sur la durée, dans un milieu « hostile », composée de temps très forts et d’autres plus faibles qui arrivent de manière aléatoire et imprévisible.  

François a d’ailleurs passé 24 heures en mer avec Thomas sur le maxi-trimaran pour prendre la mesure de la gestion en course et en solitaire d’un multicoque de 105 pieds.

 

L'interview du coach :
 
Quel est votre rôle aux côtés de Thomas ?
- Mon rôle est de pouvoir intégrer une préparation physique dans la vie du chef d’entreprise qu’est Thomas. Aujourd’hui, un skipper de haut niveau a un planning rempli du lundi matin au vendredi soir. Le premier défi est de faire en sorte de s’adapter à ce contexte.  Trouver les clés d’un travail efficace qui apporte quelque chose en plus à ses précédentes préparations car Thomas est déjà un sportif en tant que tel. Dans un premier temps, l’idée est qu’il soit prêt physiquement et mentalement à partir du 18 octobre et ensuite qu’il maintienne son capital énergie jusqu’au Jour J. Enfin, nous avons travaillé de manière à ce qu’il soit capable de rester à 100% de ses performances et de sa lucidité jusqu’au passage de la ligne d’arrivée ce qui inclut une prise en compte de la récupération qui est tout aussi importante que l’entraînement en lui-même.
 
Quels sont vos différents axes de travail ?
- Le premier axe est le développement des filières énergétiques impliquées dans l’efficacité des actions, la gestion des efforts à bord et l’amélioration de ses capacités de récupération.  Cela se caractérise par des exercices de cardio avec du vélo, de la course à pied et du rameur. Le deuxième axe consiste au renforcement musculaire pour tous les efforts produits lors des manœuvres. Cela va de pair avec la proprioception qui concerne tout ce qui touche à situations du corps dans l’espace,  l’équilibration et la prévention des blessures. Des notions indispensables sur un bateau ! Coordination et souplesse du corps sont aussi importantes que la force. Nous travaillons sur la capacité à être efficace sur un temps qui peut être intense et plus ou moins long. On vise notamment la tonicité, l’équilibre, le dynamisme des appuis et la force explosive.
 
Quel était le programme de Thomas ces dernières semaines ?
- En moyenne, on se voit deux fois deux heures par semaine. Une séance type débute à 8h30, le plus souvent chez lui avec du cardio (rameur) et de la musculation. Nous échangeons beaucoup et nous terminons par des étirements et du relâchement pour faire une vraie coupure et qu’il puisse se consacrer ensuite pleinement à ses autres activités.  Le week-end, il fait beaucoup de vélo sur des séances de 2 à 4 heures et parfois la semaine entouré de son équipe technique. Son séjour de 15 jours en montagne cet été a également été un des piliers de notre travail.  J’ai préparé des séances avec le guide de haute montagne qui l’accompagnait : circuits VTT de 4 à 8 heures, marches en montagne et différents circuits de renforcement musculaire. L’idée était d’organiser des activités ludiques car la notion de plaisir devient ensuite un facteur de performance.
 
Du point de vue de la préparation, qu’elles sont les spécificités de ce type de record en solitaire ?
- Sur un tour du monde, il faut arriver physiquement avec de la marge.  Evidemment, cela nécessite d’arriver en forme et surtout cela suppose de le rester ! Il faut encaisser des charges de travail qui vont de 20 minutes à 3 heures s’il doit monter en haut du mât par exemple. En solitaire, meilleures seront son endurance physique et sa capacité à récupérer, plus il restera lucide. Cela aura un impact sur son mental et donc sur sa performance. L’émotion, très présente sur ce genre d’aventure, doit être permanente mais elle doit surtout se transformer en actions positives ! Si elle submerge l’athlète cela devient un problème.
 
En rationnalisant certains points de la préparation,  nous avons instauré  des routines de fonctionnement pour le record : effort, étirement, relâchement, relaxation. Nous avons mis en places des exercices qu’il pourra répéter à bord en s’aidant de son environnement : bras de liaison, colonne de winch, casquette du bateau par exemple. Il va ainsi pouvoir gérer certaines situations de manière plus rationnelle et moins émotionnelle et cela lui prendra moins d’énergie.  C’est sa façon de gérer les temps forts et les temps faibles qui vont lui permettre de rester en forme.
 
Y a t-il des phases de ce tour du monde que vous avez particulièrement travaillé ?
- Bien sûr, ma préparation a pris en compte les spécificités de l’épreuve (intensité, durée, etc) mais à l’heure actuelle, nous travaillons sur deux périodes clés de ce tour du monde : le stand-by et le départ.
 
Le stand-by : C’est s’occuper pour ne pas se préoccuper ! La préoccupation consomme de l’énergie… Nous conserverons le même type d’exercice avec des intensités élevées (même charge en musculation par exemple) mais on diminuera la quantité de travail - sur des répétitions plus courtes - pour qu’il ait une meilleure récupération. L’objectif est de garder la pêche sans y laisser d’énergie et de traces physiquement.
 
Le départ : Nous allons anticiper un maximum de scénarios pour lui permettre d’aborder les premières heures dans un bon état d’esprit et surtout sans surprises. Le jour J, il  ne faudra pas partir à froid. Sur ce type de record, les marins partent toujours dans des conditions musclées et d’un seul coup, le changement de contexte est assez violent avec la réalité terrienne.  Quand il montera sur le bateau à Brest, c’est comme un athlète qui s’engage sur un 100 mètres, il ne sort pas du café du coin mais il est échauffé ! Il y a un véritable enjeu sur les 3 premiers jours de navigation. Une première semaine réussie peut impacter sur la réussite de ce Tour du Monde.

SPINDRIFT fait confiance à  U2 Coaching...

 

 

L'interview du coach :

Quelques résultats sportifs "U2 coatchés" ...

 

Thomas Coville (Voile - Trimaran Sodebo 2016/17)
. Record du tour du monde à la voile en solo en multicoque (49 jrs 3h07mn 38s)
. Record Traversée de l’atlantique en Solo (4jrs 11h 10’)
. Vainqueur de la transat Jacques Vabres.

 

Yann Elies (Voile - Monocoque Class - Imoca « St Michel/Virbac »)
. Vainqueur de la transat Jacques-Vabres 2017
. 5ème Vendée Globe 2016/17

 

Erwan Leroux (Voile - Trimaran Multi 50 « Mix Buffet »)
. 2ème route du rhum 2018
. 2ème Transat Jacques-Vabres 2017

 

Armel Tripon (Voile - Trimaran Multi 50 « Réauté Chocolat »)
. 1er route du Rhum 2018
. 3ème Transat Jacques-Vabres 2017
. 4ème  Route du Rhum 2014 (voile/ classe Imoca)  

 

Emmanuel Dode (Voile - Class A) :

. 9ème Chp du monde 2019

. 8ème Chp Europe 2018

. Chp de France 2017

 

Team Lorina/ Vannes Agglo (Tour de France voile 2015 - 2016 - 2017 - 2018)
. 2016 et 2018 : Vainqueur
. 2015 : 1er amateur (4ème au général).

 

Frédéric Denis (voile)

. Vainqueur de la mini transat (Cat. voilier proto) 2015

 

Julien Pulvé (voile) 

. 2ème de la mini transat (Cat. voilier de série) 2015

 

Damien Seguin (Voile) 

. 3ème Chp du monde 2014 (série 2.4mR) 

. 8ème Route du Rhum 2014. (Class 40)

 

Éric Flageul (voile / classe Sonar)

. Champion du monde 2014

                                           
Julie Pomagalski (snowboard)
. Championne du monde de snowboard en  1999.
. 6ème aux jeux olympiques de Salt Lake City en 2002
. Vainqueur de la coupe du monde au général en 2004

 

Jagna Marczulajtis (snowboard)
. 4ème  aux jeux olympiques de Salt Lake City en 2002.

 

Zeke Stegall (snowboard)
. 2ème du classement général de la coupe du monde de boarder-cross (2002)

 

Référencé auprès de la Fédération Française de Voile en tant qu’intervenant « Préparation Physique de la performance et de ses acteurs »

^

laissez votre

  avis !

       Contactez-nous !

06 08 98 64 42

contact@u2coaching.com

         Notre actualité

Retrouvez ici

toute l'actualité de

U2 Coaching.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© François BONNOD | Mentions légales | Webmastering by GrafiGliss